Expérience sociologique: libraire dans une librairie islamique

Incipit | juin 14, 2007

Après une journée de travail, bien souvent, j’en ai assez de ce boulot. Pourtant, le motif pour lesquel je le fais surpasse les turpitudes qu’on peut connaître au contact d’une clientèle épuisante. Travailler dans une librairie n’est sans doute pas chose facile. Travailler dans une librairie islâmique l’est encore moins. Vous avez des clients qui veulent des remises, des clients qui critiquent le dogme véhiculé par tel ou tel livre, non conforme selon eux à l’islâm, vous avez aussi des fous, des gens désespérés. On aurait pu espérer qu’oeuvrer en tant que libraire musulman soit une promenade de santé: fi ! c’est une gageure.

Mais s’il n’y avait que les clients… Il y a aussi les collègues des autres librairies, qui pour certains vendent des livres comme ils vendraient du persil ou des bananes, et également les éditeurs de livres islâmiques, aux livres à la médiocrité affligeante, bien souvent.

Sans doute êtes-vous plus nombreux du côté du comptoir réservé à la clientèle, et certainement n’avez-vous jamais été désireux de connaître l’envers du décor, indigne d’intérêt à première vue. Je vous invite à changer d’avis: être de l’autre côté du comptoir est passionnant et le microcosme du livre islâmique l’est tout autant. Tant par ses bons que ses mauvais côtés.


Publié dans Réflexions

2 commentaires »

  1. […] sont les premières lignes d’un blog récemment sur la toile. Celui d’un jeune libraire qui officie dans une librairie islamique du […]

    Ping par Al-Kanz, le blog » Expérience sociologique : libraire dans une librairie islamique — juin 18, 2007 @ 2:32

  2. assalaamou alaikoum

    Eh oui! Je sais ce que sais pour avoir tenu une librairie islamique pendant quelques années.

    Les gens s’imaginent que c’est tous les jours une partie de plaisir et que le libraire n’a rien d’autre à faire à part lire .

    C’est sans compter sur certains « clients »(qui bien souvent n’achètent pas ou pas grand chose).

    Parmi ceux-ci il y a les cas sociaux qui prennent la librairie pour une permanence sociale et le libraire pour l’assistant social chargé d’écouter leurs problèmes(et de leur trouver une solution ).

    Il y a les frères, souvent bien gentils, des fois un peu barbants, qui viennent vous rendre visite histoire de passer un peu le temps (le leur!), mais voilà dès fois on a pas envie de parler ou on a d’autres choses plus importantes à faire (comme lire par exemple).

    Sans parler des mendiants de toutes sortes.

    Parmi les petites anecdotes révélatrices dont je me souviens:
    -Un jour un frère consulte un livre avec beaucoup d’intérêt pendant assez longtemps et au bout d’un moment me dis : « y a pas une photocopieuse pas loin parce que j’aimerais bien photocopier quelques pages ».

    Il y avait aussi les femmes enceintes qui venaient consulter les livres de prénoms à leur aise et repartir tranquillement après avoir fait leur choix(c’est vrai que c’est moins onéreux que d’acheter le livre).

    Si on y rajoute les « inquisiteurs » à 5 francs on s’aperçoit bien vite que le métier de libraire islamique n’est pas de tout repos tous les jours.

    Commentaire par abu-saaleh — juillet 28, 2007 @ 7:27


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :